En juillet, plusieurs de mes compétitions se déroulaient au Québec. J’avais donc une superbe occasion de visiter certains des plus beaux sentiers de vélo de montagne que notre Belle Province a à offrir. Nous avons rempli la voiture puis sillonné les routes tout un mois, en quête de quelques résultats de course et à la découverte d’endroits magnifiques!

Aujourd’hui, je vous présente quatre régions et cinq réseaux de sentiers que j’ai ainsi pu parcourir.

Laurentides

Tremblant

Depuis plusieurs années, je participe à la Coupe Canada Mont Tremblant. Comme le parcours est toujours dans la montagne de ski, ma connaissance des sentiers se limitait à celle-ci. Toutefois, un ami m’a récemment fait découvrir un autre réseau qui longe la rivière du Diable et la montée Ryan. Ces sentiers varient en difficulté, mais il y a quelque chose pour plaire à chaque membre de la famille. Il est clair que l’on y fait un entretien régulier et que les sentiers sont en expansion constante. On trouve quelques ponts en bois (certains plus étroits que d’autres!), quelques pistes avec sauts, mais surtout beaucoup de beaux singletracks (monotraces) parsemés de roches et racines mais permettant tout de même une circulation fluide.

Ce réseau offre un dénivelé supérieur à celui de la plupart des autres montagnes des Laurentides. Cela signifie certes un peu plus de montées, mais surtout des descentes plus longues – ce qui est toujours bien apprécié!  

Chantecler et 40/80

Le Chantecler est mon réseau d’appartenance. C’est là que je fais l’essentiel de mes entraînements en sentier. En général, il offre beaucoup de courtes montées et descentes, beaucoup de tournants rapides et fluides et du plaisir garanti! Situé dans la belle ville de Sainte-Adèle, ce réseau est très bien entretenu, il n’y a aucun frais d’accès, et les pistes sont bien balisées, ce qui permet de s’y retrouver assez facilement.

Si l’on cherche des sensations fortes, une nouvelle option est maintenant offerte près de la montagne du Chantecler! On peut pédaler environ cinq minutes sur la route pour joindre le sommet des Pentes 40-80, où trois pistes de descente ont récemment été aménagées. Je termine souvent mes entraînements dans l’une de ces descentes pour pratiquer mes sauts et clore la journée en beauté!

Estrie

Circuits Frontières d’East Hereford

La dernière semaine de juillet, j’ai participé aux Championnats canadiens des raids Marathon à East Hereford. Je n’avais jamais pédalé dans cette région, mais après avoir parcouru les 82 km de la course, je dois avouer que je suis devenue amoureuse de ces sentiers, même si j’avais des crampes dans les jambes!

Située à environ une heure à l’est de Sherbrooke, la ville est assez petite; le réseau Circuits Frontières (consacré au vélo de montagne) en est probablement l’attraction la plus populaire. Que vous soyez à la recherche de sentiers accessibles et relaxants, de circuits vallonnés en forêt ou de descentes abruptes et accidentées, vous serez comblés par les pistes et les belles vues que la région a à offrir. Je conseille sans hésitation une visite en vélo de montagne à East Hereford!

Saint-Raymond-de-Portneuf

Vallée Bras-du-Nord 
On me parle de ce réseau depuis des années, et je viens tout juste d’y passer deux jours pour la première fois. Je dois dire que je n’ai vraiment pas été déçue!

Tout d’abord, les sentiers sont très bien entretenus. Il est aussi facile de s’y orienter même à notre première visite, grâce à la présence de cartes et pancartes à chaque intersection. Dans de telles circonstances, j’ai trouvé que les légers frais d’accès aux pistes valaient amplement la peine. Sur place, il y a aussi un magasin de vélos ainsi qu’un hôtel et un bon petit restaurant récemment rénové.

La Vallée Bras-du-Nord comprend deux réseaux : les secteurs Saint-Raymond et Shannahan.

À notre première journée, nous avons commencé par le secteur Saint-Raymond, car il se situe plus près de la ville de Saint-Raymond. Ce réseau plus petit est en fait une montagne (mont Laura) que l’on doit monter par deux ou trois sentiers d’accès différents pour ensuite profiter des belles descentes rapides. Ma sortie d’environ 2 heures m’a permis de faire toutes les pistes. Certaines descentes étaient si excitantes que j’aurais été heureuse de les refaire à maintes reprises! Comme les montées sont très accessibles et pas très longues, c’est un bel endroit pour pratiquer ses habiletés en descente. Ce fut une très belle journée que nous avons terminée par un délicieux repas à la terrasse du resto-pub Le Roquemont.

Nous avons ensuite conduit les 22 km nous séparant du réseau Shannahan afin d’y camper pour la nuit (plusieurs options de camping y sont offertes). Ce réseau est complètement différent : contrairement à celles du secteur Saint-Raymond, chacune de ses pistes est assez longue. Nous avons commencé la randonnée par un chemin d’accès d’environ 9 km menant au sommet de la piste Nelson, la plus populaire. Cette montée s’est avérée un échauffement parfait pour attaquer les 10 km de singletrack de la Nelson, une superbe piste majoritairement descendante qui longe la rivière en offrant de magnifiques vues. Nous avons continué la randonnée en nous amusant dans les autres sentiers. Après environ trois heures, nous avions parcouru chacune des pistes sans jamais repasser sur nos pas!  

Verdict : très positif! 

Saguenay:

Réseau de Tobo-Ski à Saint-Félicien

Plus d’une trentaine de kilomètres de sentiers nous attendent au Centre de vélo de montagne Saint-Félicien, aussi appelé Tobo-Ski. La grande particularité de ce réseau s’appelle « Les Crans » : ce sont plusieurs pistes au sommet de la montagne, sur des cap rocheux. À la fin juillet, vous pouvez même vous y arrêter pour cueillir des bleuets. Il y a un petit parc à vélo pour travailler des habiletés précises et des chemins forestiers plus larges qui relient chaque singletrack. Que vous soyez cycliste débutant ou expérimenté, la montagne a beaucoup à offrir, et je pense que chaque membre de la famille peut y trouver son compte. Il y a même un parcours d’hébertisme aérien pour les membres de la famille qui ne pratiquent pas de vélo!

***

Il y a encore plusieurs régions où je n’ai pas eu la chance de faire du vélo de montagne au Québec, mais je peux vous assurer que ceux dont je viens de parler en valent la peine. Ces dernières années, j’ai eu la chance de voyager de par le monde pour faire du vélo et je dois avouer que je me sens assez chanceuse d’être originaire du Québec pour pratiquer mon sport de prédilection. Chaque fois que je reviens dans notre belle province, je me sens choyée d’avoir accès à de si beaux sentiers qui sont à la fois variés, bien conçus et sources de défis!

Bonne aventure!